L’Arpille, Sentinelle de l’Estéron, Voyage sur les crêtes de la plus sauvage des rivières

L’Arpille, Sentinelle de l’Estéron, Voyage sur les crêtes de la plus sauvage des rivières

L’Estéron est labellisé « sites rivières sauvages » en 2018 et fait partie des trois plus belles rivières authentiques de France . Pas de captage, pas de barrage, pas d’aménagement des berges, pas de digue, une eaux des plus pures.

L’Arpille est abordée à partir de la crête de Bane ; une montée progressive de 600 m de D+ sans effort à travers les sentiers parfois perdus, mais efficaces. Pas de vent en ce début de matinée, un ciel qui se dégage progressivement avec du soleil.

La crête de Bane, nous offre un spectacle unique.  Les hauts sommets du Mercantour se laissent entrevoir à travers les nuages. On devine le Mounier, et le Grand Capelet au loin. L’ensemble des villages perchés, la clue des mujouls et le Mont st Martin. Au sud, la montagne de l’Audibergue, malheureuse sans neige.

Le sommet est atteint vers 13h. Le ciel s’assombrit, la température nous invite à la descente après le déjeuner. Malheureusement pour nous, c’est à ce moment que le soleil se décide à sortir pleinement ! Quelques vautours passent à quelques mètres de nous certainement attirés par un repas !

La descente par un autre sentier nous fait découvrir un autre visage de l’ Arpille, forteresse calcaire, où une tour de vigie surveille de près les incendie. Une bonne journée appréciée pleinement et rendue accessible facilement par le choix du parcours.

Yohann Accompagnateur en Montagne, Guide Terres d’Emotions.

 

Auteur de l’article : terresdemotions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *