La tête de Siruol, la table d’orientation du Mercantour

La montée aux granges de la brasque se fait par une route sinueuse. C’est déjà une expédition d’arriver jusque là. La route n’a pas trop souffert de la tempête Alex, quelques passages en terre.

Montée tranquille au col du fort et une petite pause méritée avec les sommets qui se détachent au loin. Malheureusement des bancs de brouillard persistent en ce début de matinée. La vue reste saisissante avec des parfums d’automne.

Les lacs frémamortes -reliques de l’âge glaciaire

Le ciel est partiellement ensoleillé ce dimanche, la température remonte doucement en milieu de matinée. Au départ du col de Salèse, la montée au lac frémamorte nous prendra 2h. Les vaches de Salèse nous accueillent, de nombreuses myrtilles sur les côtés du chemin. Nous abordons les lacs par le haut, puis redescendons via les quelques petites mares résiduelles.

Les crêtes d’Isola 2000

Pour la première fois, une randonnée pas comme les autres ce samedi. Afin de permettre une accessibilité du dôme de barrot facile, le départ de la randonnée se fait à partir du télésiège des éguilles.

Une montée tout en douceur pour se retrouver 380 m plus haut sans effort pour le départ du sentier. Une montée appréciée d’autant que pour certains, c’est le baptême du télésiège l’été.

La crête de la Blanche, Panorama du Mercantour

Montée douce pour commencer à travers les mélèzes, sous un ciel lumineux, et sous la lune encore présente. La forêt fait place à la prairie d’alpage. Un troupeau de mouton fait sonner les cloches sous l’œil aviser des chiens de troupeau. Le berger est présent, la Cabane de l’Alpe veille à l’aube de la transhumance.

Fort Carra 2880m – Pointe côte de l’âne 2916 m

Intense émotions d’un lever et coucher de soleil au fort Carra à 2880m d’altitude ce WE .

Sommet emblématique de la Tinée et pour cause:  une forme unique, un point de vue magistral, un sentier hors norme avec toute la technique du randonneur aguerri pour y monter.

C’est sans compter une nuit exceptionnelle au sommet avec un bivouac nature sous un ciel étoilé qu’il en empêche de dormir tellement c’est magnifique.

Prise de hauteur aux Gorges du Verdon- Barre de Rancoumas

Les retrouvailles avec la montagne ce sont fait attendre. Deux mois privés de sorties. Mais quel bonheur de retrouver cette nature intacte.

Non quelle nous attendait. Elle est restée rayonnante pour le plaisir de nos yeux. Qui dit reprise dit dénivelée mesuré. 400 m pour aller au Challas, un promontoire au dessus du Cians.

08/12 Le rocher de Roquebrune dans toute sa splendeur

Ainsi nous arrivons à distinguer les empreintes de renard avec la taille des traces mais aussi à la disposition des empreintes. Également, les traces de lièvre variable sont présentes, témoins sans doute d’une course poursuite avec le renard !. Plus haut c’est une trace de loup que nous obervons, là aussi grâce à la taille des empreintes, mais aussi à la disposition des pas (différente du renard).