La lumière au bout du tunnel d’ublan..

Au départ, un petit déjeuner convivial, un sentier ombragé le long du canal qui relie St Dalmas le Selvage à St Etienne de Tinée. Quelques fleurs sont encore en fleurs dans cette forêt luxuriante préservée des chaleurs estivales. Ainsi on aura croisé la sauge glutineuse (très collante aux doigts), le séneçon, l’ortie royale, le rosier des dunes, la pulmonaire…et quelques champignons, la coulemelle, le sanguin et le baveux…autant de richesses en cette fin d’été.

Le sentier se rétrécie, puis les parois se rapprochent et l’entrée du premier tunnel est là devant nous avec ses vieilles poutres en bois avec le canal couvert au milieu. Il faut se baisser un peu.

Puis quelques mètres plus loin le long canal de plus de 300 m, plus de 10 minutes de marche. A l’entrée du tunnel, les eaux du canal se jettent littéralement  dans le tunnel. Alors aidé de la frontale nous progressons dans cette petite rivière souterraine dont la faible hauteur d’eau mouillent quelque peu les chaussures.

Le déjeuner est pris à l’ombre face à St Etienne de Tinée. Le canal construit en 1949 continue sont parcours pour irriguer les restanque d’Ublan située sous le col d’annelle.

Une bien bonne journée à l’ombre des sous bois et sans effort !!

Baignades dans les eaux turquoises du lac de la Braissette

Encore une belle journée sous le soleil de la haute Tinée, au col de la Moutière.

Après St Dalmas le Selvage, la route devient sinueuse et monte à travers d’interminables lacets en pente forte à travers les mélèzes centenaires. Quelques marmottes innocentes traversent la route. Nous progressons en altitude jusqu’à arriver devant les blockhaus construits dans les année 30.

Le col est à 2454 m. Objectif du jour :  Lacs de la Braissette. Deux lacs l’un sur l’autre situés à quelques encablures du parking. Le sentier progresse dans les pelouses alpines, puis par un dernier petit raidillon, nous surplombons le lac le plus grand.

Le soleil est chaud, alors quoi de mieux qu’une petite baignade comme la semaine dernière. Nous sommes 5 à tenter l’expérience d’une baignade dans une eau turquoise dans un décor magnifique. L’eau est rapidement apprivoisée. Nous restons bien 25 min dans l’eau à explorer toutes les parties du grand lac. Une expérience magique au milieu de sommets qui dépassent les 2700m.

La pointe des 4 cantons, une rencontre au sommet

La pointe des 4 cantons est un sommet emblématique entre vallées du Var et de la Tinée. Elle se situe à la rencontre du canton d’Ilonse, de Bairols, de Villars et de Massoins. Ce sommet situé à 1805 m d’altitude est accessible à partir du col de la Sinne (au-dessus d’Ilonse) avec un minimum de dénivelée mais avec une distance plus longue.

Les crêtes d’Isola 2000

Pour la première fois, une randonnée pas comme les autres ce samedi. Afin de permettre une accessibilité du dôme de barrot facile, le départ de la randonnée se fait à partir du télésiège des éguilles.

Une montée tout en douceur pour se retrouver 380 m plus haut sans effort pour le départ du sentier. Une montée appréciée d’autant que pour certains, c’est le baptême du télésiège l’été.

Au fil de l’eau du canal de la vionène – l’eau des champs- Roubion

Pas besoin de gros dénivelées pour apprécier la montagne et de monter bien haut  ou d’aller loin. Découvrir les prouesses techniques d’antan où l’eau est canalisée pour l’apporter au petit village de Roure et hameaux environnants. Un canal creusé le long de la montagne. Un sentier un peu moins large par endroit devant légèrement aérien, mais laissant entrevoir une belle vue sur la vallée.

La crête de la Blanche, Panorama du Mercantour

Montée douce pour commencer à travers les mélèzes, sous un ciel lumineux, et sous la lune encore présente. La forêt fait place à la prairie d’alpage. Un troupeau de mouton fait sonner les cloches sous l’œil aviser des chiens de troupeau. Le berger est présent, la Cabane de l’Alpe veille à l’aube de la transhumance.

Emotions retrouvées, poudreuse au Hameau de Roya, Haute Tinée

Plus de 50 cm de neige sont tombés sur le massif du Mercantour. Pour Terres d’émotions, il était impossible de passer à côté de cette aubaine.

Afin de s’y remettre tranquillement, nous sommes aller à Roya dans la Haute Tinée. Un parcours avec 300 m de dénivelée dans une nature sauvage et vierge de toutes traces humaines sur la deuxième partie du Parcours.