Cap Bénat, Cap Blanc. Deux caps face aux iles du levant et Port Cros

En ce mois de janvier exceptionnellement ensoleillé, et le peu de neige en montagne nous amène à découvrir le bord de mer varois. Une randonnée exceptionnelle au départ de Bormes les mimosas jusqu’au Cap Blanc et cap bénat.

Un parcours sur un sentier des douanier côtier montant et descendant le long des rochers escarpés. Une multitude de couleurs d’une mer calme avec en horizon les iles du levant et de Port Cros.

Partis de la plage des favière, la petite sente se fraye un chemin parmi la roche cristalline des fonds marine, tantôt au bord du rivage, tantôt surplombant la mer. La végétation méditerranéenne est bien présente comme l’oxalis en fleur nous fait découvrir ses vertus pharmaceutiques (anti-inflammatoire, diurétique…) et est comestible en salade.

Collobrières, la Capitale de la Chataigne

Afin de connaitre les alentours, la randonnée d’aujourd’hui parcours 12kms autour du village sur des crêtes panoramiques, au milieu des menhirs, d’une souche de châtaignier vielle de 1000 ans. En descendant dans le vallon de la malière, nous nous arrêtons pour déjeuner et faire flamber des châtaigne au feu de bois. Bon moment convivial suppléé par le ramassage de châtaigne un peu plus bas dans la vallée.

Sillans La Cascade. Baignade aux Eaux turquoises de la Bresque

La météo du Mercantour nous joue des tours et rend impossible une randonnée en altitude. Plus clémente dans le Var la météo, Terres d’émotions adapte la randonnée en conservant la dénivelée initiale et le lien avec l’eau. Endroit tout trouvé à Sillans la cascade.
Alors qu’il pleut dans le Mercantour et sur le littoral niçois, dans l’ouest du Var c’est le soleil qui s’impose. Le sentier du littoral nous fait découvrir les merveilles de la roche battue par la mer et les vents, les fleurs printanières, la mer et ses plages.

Non quelle nous attendait. Elle est restée rayonnante pour le plaisir de nos yeux. Qui dit reprise dit dénivelée mesuré. 400 m pour aller au Challas, un promontoire au dessus du Cians.

Effort d’un sommet et réconfort d’une baignade dans l’estérel

Aujourd’hui nous étions au lac Autier..euh pardon dans le Golf de St Tropez pour profiter d’un large soleil.

Alors qu’il pleut dans le Mercantour et sur le littoral niçois, dans l’ouest du Var c’est le soleil qui s’impose. Le sentier du littoral nous fait découvrir les merveilles de la roche battue par la mer et les vents, les fleurs printanières, la mer et ses plages.

Non quelle nous attendait. Elle est restée rayonnante pour le plaisir de nos yeux. Qui dit reprise dit dénivelée mesuré. 400 m pour aller au Challas, un promontoire au dessus du Cians.

Plaisirs retrouvés d’une baignade dans les eaux claires de St Tropez

Aujourd’hui nous étions au lac Autier..euh pardon dans le Golf de St Tropez pour profiter d’un large soleil.

Alors qu’il pleut dans le Mercantour et sur le littoral niçois, dans l’ouest du Var c’est le soleil qui s’impose. Le sentier du littoral nous fait découvrir les merveilles de la roche battue par la mer et les vents, les fleurs printanières, la mer et ses plages.

Non quelle nous attendait. Elle est restée rayonnante pour le plaisir de nos yeux. Qui dit reprise dit dénivelée mesuré. 400 m pour aller au Challas, un promontoire au dessus du Cians.

Gorges du Caramy, Tourves, Chapelle Saint Probace

Il ne faisait pas si chaud au démarrage de la randonnée ce dimanche. Et pourtant nous ne sommes pas haut en altitude. Le soleil peine un peu en ce début de matinée, voilé par quelques nuages.

Nous remontons la caramy, cette rivière d’une eau limpide se jetant dans l’argens. Du fait d’être alimenté par de nombreuses sources issues de plateaux calcaires, l’eau coule abondamment, et il subsiste encore beaucoup d’endroits témoins des dernières inondations. Les arbres couchés témoignent encore de la force du torrent.

08/12 Le rocher de Roquebrune dans toute sa splendeur

Ainsi nous arrivons à distinguer les empreintes de renard avec la taille des traces mais aussi à la disposition des empreintes. Également, les traces de lièvre variable sont présentes, témoins sans doute d’une course poursuite avec le renard !. Plus haut c’est une trace de loup que nous obervons, là aussi grâce à la taille des empreintes, mais aussi à la disposition des pas (différente du renard).